« Une annexe idéale » Voiles-Aventures au travail.

jeudi 20 août 2015

Avec vos contributions, celle de vous tous, membres de l’association et internautes de passages, suite à l’appel que nous avions lancé sur le site de l’association, « Ensemble créons l’annexe idéale. », nous avons réussi à réunir énormément d’infos et de souhaits (parfois ubuesque mais il faut bien rire aussi).

Antoine navigateur avait posé la question en ces termes : «Quelle annexe acheter pour mon catamaran? Véritable voyage en Absurdie»!

Et bien je pense que nous avons trouvé l’ « Absurdie » et que l’endroit est génial. Il ressort des dizaines de réflexions que nous avons reçu, une certaine unanimité pour un produit presque impossible à faire.

D’abord cette annexe doit être nettement moins chère qu’un semi-rigide de la même taille et donc il faudra trouver l’astuce pour produire un bateau en petite série, avec des possibilités de modularités et de customisations importantes pour un coût inférieur à un bateau totalement standardisé, fabriqué à des milliers d’exemplaires par le numéro 1 mondial.

Cette annexe devra avoir, de plus, un niveau qualitatif irréprochable et faire appel à des matériaux de technologie avancée. Selon le souhait de la majorité, elle sera fabriquée en France.

  • 1° Défi et nous pensons l’avoir relevé. Voir la deuxième partie.

Avec une belle unanimité, vous la souhaitez plus légère qu’une semi-rigide et si le poids est conforme à ses attentes, la majorité préfère une coque rigide.

La majorité est là aussi largement atteinte pour réclamer un bateau qui puisse être propulsé à la voile comme avec un moteur électrique tout en conservant la capacité de tirer un skieur avec le 15cv thermique traditionnel qui, de plus, consommerait moins que s’il était monté sur le semi-rigide de référence (qui lui ne peut pas tirer un skieur), tout cela en plus des rames obligatoires. Excusez du peu. Il est vrais que l’ambition afficher était de créer l’annexe idéale, alors pourquoi pas ? En fait si nous arrivons à 50% de ces exigences on pourrait parler d’exploit

2° Défi qui semble avoir, lui aussi, été atteint à 100% (attendons les essais en mer qui valideront ou invalideront les choix technologiques adoptés pour certifier le 100%) Voir la deuxième partie.

 

L’annexe, pour beaucoup (je pense que ceux qui ne l’ont pas précisé on fait un oubli involontaire), devra être insubmersible, et auto videuse. Il n’est pas question de la transformer en piscine pendue aux bossoirs si vous avez oublié de retirer le bouchon et à l’inverse, de la voir se remplir dès la mise à l’eau parce que vous n’avez pas remis le fameux bouchon à temps. L’insubmersibilité toute relative d’un semi-rigide (il ne faut pas crever) n’est pas la référence à adopter. Cette insubmersibilité doit être totale, passager compris.

3° Défi encore une fois relevée grâce à l’invention d’une façon originale de créer une réserve de flottabilité de très faible densité.

Ensuite, une multitude de petits détails sont venus enrichir le cahier des charges. Détails peut-être de peu d’importances aux yeux de certains puristes (ils se reconnaitront) qui m’ont confié que « mais enfin ce n’est qu’une annexe pour marins, pourvu que ça te permette de débarquer ça suffit bien »  Ces « détails » qui n’ont pas étés repris par la majorité, nous ont pourtant paru suffisamment pertinents pour que l’architecte les intègre dans ses obligations. Je parle de maintenir ses passagers à l’abri des embruns, de pouvoir remonter à bord sans difficulté (malgré, l’âge, le poids, la sciatique etc… des utilisateurs) après une baignade, de pouvoir transporter facilement un avitaillement conséquent, de pouvoir être assis confortablement pour les sept passagers et le conducteur, de transporter un passager en fauteuil roulant ou tout simplement des vélos pliants, de disposer (option) d’une console de conduite si le cœur vous en dit et de pouvoir la rouler l’esquif sur la plage sans difficulté.

Plan de l'annexe Voiles-Aventures VA 350

Comment fait-on ?

Une association c’est la réunion d’un plus ou moins grand nombre de personnes passionnées et donc de têtes pensantes. Nous avons la chance de réunir, parmi nos membres actifs, des personnes dont le métier est de réfléchir, ingénieurs, chercheurs, académiciens, mathématiciens, scientifiques de tous bords (dont certains célèbres au plus haut niveau). Ces personnes ont décidé de mettre gratuitement leurs compétences au service de notre communauté. Plusieurs réunions d’étude (par Skype) ont permis la mise en place d’équipes d’études.

Celle sur l’hydrodynamique a créé un dessin très original avec des couloirs de carènes (sorte de tuyères) qui donnent à cette annexe une allure de trimaran. Il faut savoir que ce qui s’oppose à l’avancé d’un navire est plus la dépression à la poupe provoquée par le déplacement que la lutte de l’étrave contre le mur d’eau à l’avant (que nous savons combattre depuis la mise en chantier du premier bateau de l’histoire).

Cette dépression est un désastre pour le rendement de l’hélice qui a moins d’eau pour appuyer son action de propulsion. Cette hélice va brasser du vide et augmenter cette dépression. On voit alors les hors bords au tableau arrière qui s’enfonce (dépression = densité moindre = portance réduite). Il faudra atteindre une certaine vitesse pour qu’enfin les carènes à très gros volume de poupe (coques planante) reportent le poids dynamique vers l’avant et soulage le moteur.

Pour l’annexe Voiles-Aventures, c’est le profil assez complexe de ces « tuyères » qui devront effacer la dépression de poupe dès la mise en mouvement, tout en évitant l’inconvénient des traditionnels résultats de comportement (savonnettes) que provoque une carène à gros volume plat à arrière.

Chaque petit atelier de réflexion a donné ses directives à l’architecte pour en faire la synthèse.

Toutes ses études, habituellement fort onéreuses, sont réalisées gratuitement et nous ont permis un premier volet d’économie pour réussir le premier défi.

Une autre équipe a pris en charge (au frais de l’association pour les matériaux et frais divers mais hors mains d’œuvre qui est le labeur bénévole de l’équipe) de la réalisation des maquettes d’études, du modèle à l’échelle 1 et de la fabrication du moule.

La fabrication a fait l’objet (pour des séries importantes) d’une négociation avec le fabricant. Possibilité pour lui de ventre ce bateau dans le monde entier à un prix choisi par lui contre la livraison à prix coutant et avec customisation mais fabrication seulement après la commande, pour les membres actifs de l’association (après un an plein de cotisation). L’association ne prenant pas de marge, l’économie est plus que substantielle. (Nous étudions la possibilité, pour ceux qui le souhaite de mettre un espace et des moules à dispositions pour la construction amateur.)

  • Exit les frais d’étude,
  • Exit les coûts d’architecte
  • Exit les coûts des maquettes
  • Exit les coûts (énormes) des différents moules.
  • Exit les marges du fabricant,
  • Exit les frais de stockage,
  • Exit les frais et marges de la chaine de distribution.

 

Nous devrions, malgré un coût de fabrication en France très supérieur à beaucoup d’autre pays (sauf construction amateur) répondre par l’affirmative au défi n° 1, après avoir réussi tous les autres.

Le défi général de « l’annexe idéale » qui a fait douter tant de monde, est presque terminé, nous en sommes à la fabrication des moules de fabrication de la carène et à la fabrication de la maquette du pontage.

Récapitulatif des annexes Voiles-Aventures.

  • Les prix qui sont présentés dans le tableau comparatif sont bien sur estimatifs mais ils ont été calculés pour que s’il y révision, ce ne sera qu’à la baisse.
  • Les formes, dans leurs complexités, ont permis d’apporter une rigidité qui permet la réduction de l’échantillonnage et donc du poids. Le choix des fibres de Carbone/Kevlar (CK) pour le stratifier permet de proposer un bateau à presque la moitié du poids de celui en  fibre de verre (FG).
  • L’annexe est insubmersible
  • Elle est auto-videuse
  • Elle limite la consommation de façon importante
  • Elle laisse en grande partie les passagers à l’abri des éclaboussures.
  • Elle permet de transporter les personnes handicapées
  • Elle facilite le transport des vélos
  • Elle autorise la remonté à bord après baignade (forcée ou volontaire) à toutes les personnes quelques soient leurs qualités physiques.
  • Elle dispose de nombreux coffres qui peuvent être fermés à clef
  • Elle est pourvue de 8 places assises. (elle sera homologuée pour 8 dès 3,50 m)
  • Elle dispose (en option) de roues de transports escamotables.
  • Elle est proposée (en option) avec une console centrale de pilotage.
  • Elle est customisable, comme la couleur du bateau mère, gravée au nom de ce bateau etc… (fabrication après la commande)
  • Et enfin elle peut être propulsée par des pagaies, une voile, une aile de kayt, un moteur thermique ou des moteurs électriques

Tableau comparatif

 

Et voilà où nous en sommes

La petite planche photo ci-après, vous montre que nous approchons de la fin. La stratification du 1° moule est actuellement sous le pinceau de William qui y travaille presque tous les jours.

 

1 En suivant le lien vous vous rappellerez de William et nous avons aujourd’hui la preuve qu’il méritait mille fois l’aide qu’il a reçu.

 

 

HTML Map

 



Dernières infos

Voir toutes les infos


Adhésion

Participez à l'aventure en adhérant à l'association pour 5€/mois et bénéficiez d'avantages exclusifs !
En savoir plus…

Vous pouvez également

créer un compte gratuit

Membres

Total : 1853